Circus Maximus, histoire du cirque romain

On ne peut se lancer dans l’étude du cirque sans parler du « Circus Maximus », l’un des premiers et plus grands édifices du « Cirque Romain ». Pour la petite histoire, à ses débuts, le Circus Maximus était simplement un hippodrome où se déroulaient les courses de chariots. Il faudra que des gouverneurs successifs de Rome se succèdent (y compris Jules César), pour que l’édifice soit enfin complètement aménagé pour accueillir les « ludi romani » (les jeux romains).

Pendant très longtemps, le Circus Maximus était construit en bois. Mais, après de nombreux incendies et reconstructions, Trajan (le souverain de l’époque) décida de le reconstruire entièrement en pierre. La piste pour les courses de chariots était longue de 621 mètres et large de 150 mètres. Le cirque quant à lui comptait assez de places assises pour accommoder jusqu’à 150.000 personnes.

Le lieu de spectacles

Le cirque qui n’avait d’abord était qu’un hippodrome est assez vite devenu l’un des piliers du divertissement de Rome. Les « ludi romani » y étaient organisées. Il s’agit de célébrations périodiques pendant lesquelles des courses hippiques et des matchs de boxe étaient organisés. Plus tard, d’autres spectacles se sont joints aux événements.

Mais, les ludi romani sont généralement assimilés à un héritage bien triste, la condamnation à mort des chrétiens. S’il est vrai que de nombreux chrétiens étaient condamnés à mort en étant livré aux bêtes sauvages dans les stades et les colisées de Rome, il n’est pas dit que ces événements se produisaient pendant les ludi romani ou dans le Circus Maximus. Mais, en raison de la nature violente des courses de chariots et de la popularisation de leur image par des films comme Ben Hur, on comprend sans peine l’amalgame.

Un ancêtre du cirque moderne

Si on devait déterminer l’héritage direct du Circus Maximus, on le lierait plus aux hippodromes contemporains qu’aux cirques. Mais, c’est sans compter sur le fait que les hippodromes ne sont plus aujourd’hui des lieux de spectacle. Les personnes qui s’y réunissent sont généralement des parieurs ou des experts des courses hippique.

La part des curieux, des personnes en quête de divertissement et autres visiteurs opportuns qui étaient présents à l’époque du Circus Maximus se retrouvent plus facilement dans les cirques que dans les hippodromes.

Circus Maximus, histoire du cirque romain

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Scroll to top